Copain Comme Cochon

Lorsque nous étions enfant, au mois d’octobre, alors que les vendanges de Banyuls allaient bon train , des raisins surmûris issus d’une parcelle qui avaient appartenu à mon arrière grand-père étaient amenés en comporte à la maison, foulés au pied par les vendangeurs et placés dans des demi-muits où ils restaient à macérer jusqu’à la veille de Noël, date à laquelle ils étaient enfin pressés. D’un degré équivalent au Banyuls , ces vins qui titraient 15° ou 16° degrés, étaient élevés durant de long mois et n’étaient consommés que lorsqu’ils avaient ce goût particulier de rancio que peu de consommateurs apprécient aujourd’hui.

Nous avons voulu à La Préceptorie poursuivre cette « tradition » en élaborant un vin dans cet esprit: il est issu d’une vendange tardive du mois d’octobre, après la cueillette des Maury ,la macération se prolongeant jusqu’au jour où on tue le cochon au mois de janvier, et où l’on décuve également et presse ce raisin.*

Par ailleurs au niveau aromatique nous ne sommes pas sur le rancio mais plutôt sur les arômes de grenache très mûr.

*Aujourd’hui, le cochon n’est plus tué dans la cave, et le vin a une macération d’un mois.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s